Objectif Transat 2022

Réunir un maximum d’équipages français pour la RORC Transatlantic Race 2022, c’est l’objectif que nous nous sommes fixé au Yacht Club de France. Envie de participer ? Alors voici quelques informations pour vous :

Comme nous vous l’indiquions dans notre dernière newsletter, le YCF est partenaire du Royal Ocean Racing Club (RORC) et de l’International Maxi Association (IMA), pour la RORC Transatlantic Race qui partira le 8 janvier 2022 de Lanzarote en direction des Caraïbes.

Le départ est dans moins de 10 mois et ce type d’épreuve nécessite une certaine logistique, ce pourquoi il est bon d’anticiper et de prendre les devants.

Afin de mûrir au mieux votre décision, nous vous rappelons que cette transat est singulière par bien des aspects :

  • Alors que pour de nombreux équipages la traversée de l’Atlantique se pratique souvent en rallye, la RORC Transatlantic Race est bien une course au large (OSR Catégorie 1), qui s’inscrit dans le cadre du championnat annuel du RORC, entre la Rolex Middle Sea Race à Malte, et la RORC Caribbean 600 à Antigua.
  • Elle est destinée aux voiliers modernes (plusieurs classes), aux classiques et aux multicoques.
  • Elle s’adresse aussi bien aux équipages expérimentés qu’aux plus novices, en double ou en équipage.
  • Elle bénéficie de toute l’organisation du RORC, assurant une traversée hivernale sécurisée avant la saison de régates aux Antilles.

Nous vous communiquerons les instructions de course dès qu’elles seront disponibles.

Compte tenu de l’intérêt grandissant pour les courses au large, nous espérons que de nombreux équipages français seront au rendez-vous à Lanzarote. Cette longue période de crise sanitaire n’a fait que renforcer notre envie de naviguer et cette transat arrive au bon moment pour répondre à cette attente largement partagée.

Notre équipe dédiée à cet événement est disponible pour répondre à vos questions, alors n’hésitez pas à nous contacter à transatrace@ycfrance.fr.

Photo © James Mitchell

Défi des Midships – Epreuve patronnée

Tourné vers les jeunes générations, le Défi des Midships organisé par le Yacht Club Classique est une des épreuves phares de la saison de régates patronnées par le Yacht Club de France.

Découvrez le Défi des Midships -Trophée MACSF sur le site du Yacht Club Classique. Du 25 au 27 juin à Paimpol.


Le mot du président

« Au départ, on nomme « midship », par dérision, le débutant qu’on est obligé de maintenir au milieu du bateau, là où ça bouge le moins, pour lui éviter d’être malade.
Puis le qualificatif devient plus enviable en désignant la génération des plus jeunes officiers du bord, ceux qui sont encore en formation. Le Yacht Club Classique a récupéré le vocable pour l’affecter aux jeunes générations à embarquer sur nos bateaux, pour le partage de nos traditions, de nos  expériences, et des plaisirs de la belle plaisance.
On le sait, le Yacht Club Classique s’attache en priorité à trois objectifs majeurs que sont la Protection du patrimoine, la Promotion du yachting classique et le Partage des expériences. 
Parce que ce partage doit être accessible à tous, et en premier lieu aux plus jeunes générations, le YCC a créé une épreuve originale : le Défi des Midships -Trophée MACSF
L’édition 2021 réunira à Paimpol les grandes écoles parmi les plus prestigieuses pour un week end de compétition acharnée et joyeuse,
sous le parrainage du Yacht Club de France.
Qui gagnera cette année, pour succéder à Centrale-Supelec (2019), à La Faculté de Médecine de Nantes (2018), à l’Eigsi La Rochelle (2017), à l’université de Lorient (2016) et à l’Ecole des Ponts & Chaussées (2015) ?
Une chose est cependant déjà certaine : le yachting classique sera de toute façon sur le podium !
Et en attendant ce bel évènement, en voici le programme détaillé. »

Antoine Simon
Président du Yacht Club Classique


Programme

Samedi :

  • 7h30-8h30 Accueil, briefing et petit déjeuner
  • 9h-10h Sortie du port par Ecluse
  • 10h-12h Entrainement Anse de PAIMPOL
  • 13h-15h30 1er manche autour de BREHAT
  • 16h30-18h30 2e manche autour de BREHAT
  • 19h30-20h Entrée dans le port de PAIMPOL
  • 20h30 Repas des équipages sous chapiteau

Dimanche :

    • 6h30 – 7h30 Petit déjeuner
    • 7h30 – 8h30 Sortie du port par Ecluse
    • 9h30-11h 3e manche Anse de PAIMPOL
    • 11h30 -12h Entrée dans le port de PAIMPOL
    • 16h30-18h Remise des prix Capitainerie de PAIMPOL

Contacts :

Pierre Loïc Chantereau R. de B. : plchantereau@yahoo.fr / 06 86 16 79 54
Sophie Fouray : secretariat@yachtclubclassique.com / 05 46 50 02 75

Contribution du photographe officiel du défi des midships : François BERLAND

La naissance d’un Class40 par l’artiste Mickaël Plihon (alias Ernest de Jouy)

L’artiste Mickaël Plihon (alias Ernest de Jouy) accompagne Nicolas d’Estais dans la naissance de son nouveau Class40. Suivez l’évolution hebdomadaire de la gestation de son bateau construit chez  Multiplast – Groupe Carboman sur plans VPLP design.

Semaine 5 : Les choses sérieuses commencent

L’assemblage du moule donne suite à un travail méticuleux sur l’état de la surface où on s’assure que pas une tète de vis ou clou ne dépasse. ⁠

Afin de rigidifier l’ensemble, le moule est ensuite stratifié d’une fine couche de fibre de verre. Le chantier fait ça sous une tente au chaud pour bien polymériser la résine et sous vide pour être en tout point fidèle à la structure en bois.⁠

Après les dernières vérifications et finitions au ponçage à la cale, on appose une fine couche de téflon sur l’ensemble pour anticiper le démoulage. Les bateaux c’est comme les cookies chocolat caramel beurre salé : c’est mieux quand ça sort du moule en un morceau !⁠

Jusque là c’était le moule, cette semaine on entre dans le vif du sujet avec le début du drapage de la coque du bateau ! ⁠

Semaine 3 : Lorsque toutes les sections du moule sont alignées et fixées, on peut enfin les relier par des longs tasseaux en bois. La forme du bateau apparaît et ce n’est pas anodin !⁠

Semaine 2 : Pour construire le moule du bateau, une section de coque est érigée tous les 40cm afin de matérialiser sa forme en 3 dimensions.
Chaque coupe est numérotée en fonction de sa distance à l’avant du navire (par exemple 9600 = 9.6m). Grâce à ce squelette de 12m x 4.50m, la précision obtenue est partout largement inférieure au millimètre !

Semaine 1 : « Au début il n’y a rien, juste l’axe navire matérialisé sur le plancher. On découpe numériquement les sections du moule en bois dans lequel sera drapée la coque du bateau et on prépare leur assemblage »

Photos : Ernest de Jouy

Le Yacht Club de France devient le partenaire du RORC pour la prochaine édition de la RORC Transatlantic Race

La RORC Transatlantic Race 2022 concrétise une collaboration entre deux éminents yacht clubs ; le Royal Ocean Racing Club et le Yacht Club de France qui s’unissent pour la prochaine édition d’une course de 3000 milles nautiques (5500 km) entre Lanzarote et les Caraïbes.
Le Yacht Club de France, basé à Paris, souhaite élargir son programme de courses et a donc décidé d’établir une alliance avec le Royal Ocean Racing Club et l’International Maxi Association afin de promouvoir auprès de ses membres et clubs alliés, la RORC Transatlantic Race déjà courue depuis quelques années. Les bateaux IRC modernes, ainsi que les yachts classiques sont invités à participer à la 8ème édition de cette course annuelle qui a attiré par le passé des compétiteurs venus du monde entier.
« Pour accompagner l’intérêt pour la course au large toujours croissant en France et parmi nos membres, nous sommes très heureux de nous associer à l’un des clubs de course au large les plus actifs et les plus renommés au monde – le Royal Ocean Racing Club. Nous aurons l’honneur de remettre un Trophée au nom de notre club et de participer à la promotion de la RORC Transatlantic Race auprès de nos membres et à travers nos 32 clubs alliés en France », explique Philippe Héral, président du Yacht Club de France.

Les spectaculaires montagnes volcaniques de Lanzarote offrent une toile de fond impressionnante alors que la flotte de la Rorc Transatlantic Race se dirige vers les îles Caraïbes © James Mitchell

La RORC Transatlantic Race qui est la plus longue des courses au large du Championnat du RORC, comprenant plus de 20 événements, a été initiée il y a quelques années pour rallier la célèbre RORC Caribbean 600, et ainsi permettre aux membres du RORC et aux propriétaires de Maxi Yachts de
traverser l’Atlantique en course avant d’entamer la saison de régates dans les Caraïbes.

« Nous sommes très heureux de travailler aux côtés de nos collègues du Yacht Club de France, l’un des plus anciens yacht club français (1867), pour promouvoir cette course auprès de ses membres et clubs alliés, et d’ainsi ouvrir l’événement à un plus large public. » a commenté James Neville, Commodore du RORC.

Depuis son édition inaugurale en 2014, la RORC Transatlantic Race a été courue en association avec l’International Maxi Association qui décerne chaque année un impressionnant trophée d’argent au vainqueur en temps réel (Line Honours winner) et cette tradition perdurera en 2022.
Andrew McIrvine, Secrétaire général de l’IMA, a déclaré : « Depuis que Charlie Barr a traversé l’Atlantique pour la première fois au début des années 1900 à bord de sa goélette à trois mâts, ce parcours a continuellement attiré de nombreux marins qui ont de ce fait partagé un rêve commun. 
Qu’il s’agisse d’un propriétaire passionné d’un maxi yacht, d’un IRC moderne ou d’un yacht classique, d’un équipage expérimenté ou novice, ceux qui ont participé à la RORC Transatlantic Race ont accompli leur ambition et nous sommes ravis de travailler aux côtés du RORC et du Yacht Club de France pour offrir à des marins cette opportunité. »

La RORC Transatlantic Race partira le 8 janvier 2022 de Lanzarote aux Canaries sous le patronage de Calero Marinas.

Pour plus d’informations : http://rorctransatlantic.rorc.org/

Arriver dans les Caraïbes est toujours spectaculaire pour les équipes participant à la course transatlantique RORC de 3000 nm © Arthur Daniel

A propos

THE ROYAL OCEAN RACING CLUB:

  • Fondé en 1925, le Royal Ocean Racing Club (RORC) est principalement connu pour la course biannuelle du Fastnet et l’Admiral’s Cup, événement international par équipe. Chaque année, le RORC organise une série de courses au large de sa base de Cowes ainsi que des régates côtières dans le
    Solent
  • Le RORC collabore avec d’autres clubs nautiques pour promouvoir leurs courses au large et fournit un soutien marketing et opérationnel. Dès sa première édition en 2009, la RORC Caribbean 600, basée à Antigua et première course au large dans les Caraïbes, a été un succès. Le RORC a étendu son
    expertise organisationnelle en créant la course ‘RORC Transatlantic Race’ de Lanzarote à Grenade. La première a eu lieu en novembre 2014
  • Le RORC compte 4000 membres et un club-house basé à St James’ Place, dans Londres. Après une fusion avec le Royal Corinthian Yacht Club à Cowes, il dispose maintenant d’un superbe club-house à l’entrée du port de Cowes
  • RORC website: www.rorc.org @RORCracing
  • Facebook: www.facebook.com/RoyalOceanRacingClub/
  • Instagram : www.instagram.com/rorcracing
  • Twitter : twitter.com/rorcracing

INTERNATIONAL MAXI ASSOCIATION:

  • La International Maxi Association (IMA) représente les propriétaires de Maxi yachts dans le monde
  • Reconnue en 2010 comme la classe internationale de Maxi yachts par World Sailing, l’IMA a le droit exclusif d’organiser des championnats du monde pour les Maxi yachts. Le président de l’IMA est Benoît de Froidmont, le secrétaire général est Andrew McIrvine, ancien commodore et amiral du Royal Ocean Racing Club
  • L’IMA est étroitement associée à la RORC Transatlantic Race depuis sa création. L’IMA est enregistrée à Genève, dispose d’une base à Porto Cervo et d’un bureau au Royaume-Uni, pour les sujets techniques et de rating. Elle a deux classes affiliées (les Maxi 72s, et les Class J) et une classe associée (la Classe Wally). La fonction de l’IMA est de guider, structurer et encourager les courses de maxi yachts dans le monde
  • La règle IMA définit et catégorise les maxi yachts : elle vise à englober tous les maxi yachts et à favoriser tout développement qui a un effet positif sur la construction et la performance de maxi yachts
  • L’ IMA Transatlantic Trophy est remis au premier monocoque en temps de la RORC Transatlantic Race
  • internationalmaxiassociation.com

YACHT CLUB DE FRANCE:

  • Le Yacht Club de France est l’un des plus anciens clubs nautiques en France et l’un des plus importants au monde. Le club a été créé durant le second Empire. Il a reçu le patronage impérial  par Napoléon III
  • Les membres sont des passionnés qui partagent la même approche de la mer. Alliant tradition et modernité, initiative et innovation, ainsi que les valeurs traditionnelles du marin : compétence, responsabilité, respect, solidarité, humilité et bonnes manières dans une course ou une régate. Le Yacht Club de France et ses 56 clubs alliés s’efforcent de promouvoir ses valeurs à tous. Le Yacht Club de France entre au XXIe siècle avec l’ambition affichée par ses fondateurs il y a près de 150 ans : partager une passion et transmettre des valeurs
  • Website: https://ycfrance.fr/
  • Facebook: facebook.com/YachtClubdeFrance
  • Instagram :  instagram.com/yacht_club_de_france/
  • LinkedIn :  linkedin.com/company/yacht-club-france

IRC RATING:

  • Le RORC, leader dans les systèmes de rating et en coopération avec l’UNCL – Union Nationale de la Course au Large, a créé l’IRC – le certificat de notation internationale (International Rating Certificate). L’IRC est un système de rating reconnu par World Sailing et le principal système de mesure et notation des yachts de course dans le monde.
  • Le rating IRC est administré conjointement par le Bureau de notation du RORC à Lymington, au Royaume-Uni, et le Centre de calcul de l’UNCL à Paris, France
  • Le RORC Rating Office est le centre technique du Royal Ocean Racing Club. Il est reconnu mondialement comme un centre d’excellence pour la mesure des bateaux.
  • Pour plus d’information sur l’IRC au Royaume-Uni : rorcrating.com et globalement : www.ircrating.org
  • Médias sociaux : @RORCrating @IRCrating

Coupe de Printemps, nouveau programme !

Suite au report des Voiles d’Antibes en septembre, le programme de la Coupe de Printemps du Yacht Club de France évolue.

En deux étapes, entre Porquerolles, Sanary et Marseille, elle sera courue les 14 et 16 juin 2021. Sanary devient « le cœur de la fête » et la Société Nautique de Sanary accueillera les yachts classiques et leurs équipages pendant 3 jours.

Cette course est réalisée en collaboration avec nos clubs Alliés, le Yacht Club de Porquerolles et la Société Nautique de Marseille qui héberge respectivement la Porquerolles Classic et les Voiles du Vieux Port, avant et après la Coupe de Printemps. L’ensemble des ces courses sont inscrites au calendrier de l’AFYT (Association Française des Yachts de Tradition).

Retrouvez tous les détails et l’actualité de la Course sur : www.ycfrance.fr/courses/cdp-ycf-2021/

Marine de retour sur l’eau

Après un hiver court mais intense, Marine était de retour sur l’eau le week-end dernier. En deux mois, Marine a découvert Pile Poil dans ses moindre détails :

  • Tout ce qui pouvait être démonté l’a été…. puis remonté,
  • Le gréement dormant est complétement neuf,
  • La carène a été reprise totalement au chantier Nautymor, et les appendices ont changé de couleur,
  • Plus quelques fiabilisations et optimisations…

Au programme jusqu’à mi-avril : entraînements à la journée et navigations de nuit.
Marine est maintenant en congé jusqu’à la transat pour se consacrer 100% sur le projet. Son employeur, EY,  n’est pas loin, car présent sur la coque et la grand voile, en soutien du projet.
La saison des courses débute mi-avril par une course en double : la Plastimo Lorient Mini, au départ de Lorient. Marine enchainera sur une première course en solo sur Pile Poil cette année : la Mini en Mai au départ de la Trinité-sur-Mer.

 

La Cap Martinique des frangins

Robin Follin, Talent du YCF, s’engage sur sa première Transatlantique sur le bateau de son frère Adrien ; ce duo familial est un peu un retour aux sources.

Nous les suivrons pour les dernières semaines de préparation, leurs premiers  à bord d’un Sun Fast 3300 neuf acquis pour l’occasion et pendant la course.

Habituée des podiums sur de nombreux supports (Giraglia, Quadra Solo, Voiles de Saint Tropez, Primo Cup, Massilia, Quadra Solo, Primo Cup, Tour Voile, National SB20, GPEN, Normandie Cup …), la paire domptera rapidement sa nouvelle monture. Ces expériences ne laissent pas indifférent le plateau de spécialistes engagés dans l’épreuve.

Robin : « La « Cap Martinique des frangins », c’est un peu le thème que l’on s’est donné sur cette course transatlantique, la première pour moi, et la seconde pour Adrien.

Nous avons 17 ans d’écart et de fait, c’est lui qui m’a fait embarquer la première fois sur un Optimist et, par la suite, m’a mis le pied à l’étrier en habitable à l’occasion des championnats du monde Melges 24, au poste de crevette officielle.

Cette passion commune est un lien fort entre nous et cette Transat une belle façon de le saluer.

La Cap Martinique tombait à un moment opportun donc ça c’est décidé très rapidement courant Décembre.

Nous sommes des compétiteurs donc, forcément, nous n’y allons pas pour faire de la promenade sur 3600 miles. Pour autant, nous n’arrivons pas aussi préparés que nous le souhaiterions puisqu’à ce jour (22 février), nous n’avons pas encore navigué sur le Sun Fast 3300 avec lequel nous allons courir !

Qu’à cela ne tienne, on ne compte pas se cacher derrière cela et avons vraiment hâte d’en découdre !

Rendez-vous le 18 avril. »

Youth Foiling World Cup – No Go…

Nous vous annoncions fin décembre la participation du Yacht Club de France à la Liberty Bitcoin Youth Foiling World Cup.

La pandémie et ses impacts nous ont contraints à annuler notre participation à quelques jours de l’événement.

En effet, la course qui débute le week-end prochain requière un équipage mixte de trois marins de moins de 25 ans.

Robin Follin, barreur et porteur du projet, avait identifié plusieurs équipières, entraînées à voler sur ce type de support (Persico 69F). Malheureusement, les entraînements de préparation olympique ont vu leur calendrier changer. Toutes les équipières françaises pressenties y étant engagées en Nacra ou 49ers ont donc été contraintes de quitter le projet Youth Foiling World Cup.

Après avoir envisagé toutes les pistes possibles, nous avons convenu avec Robin Follin qu’il était préférable d’annuler la participation de la France, les conditions n’étant plus réunies pour avoir un équipage 100% français, au niveau d’exigence requis pour ce type d’événement.

Ce n’est que partie remise, d’autres épreuves du circuit auront lieu cette année. Robin, quant à lui, va profiter de ce temps pour continuer sa préparation pour la Transat Cap Martinique.

 

Transat Jacques Vabre – Direction la Martinique !

Le Yacht Club de France est fier d’être partenaire de cette 24e édition de la plus extrême des Transats en double.

Pendant toute la préparation et la durée de la course, nous accueillerons dans nos salons parisiens les équipes d’organisation ainsi que les skippers et leurs partenaires. Nos membres contribueront aussi à plusieurs initiatives autour de l’environnement et l’innovation.

De plus, au moins deux membres du Yacht Club de France ont prévu d’être au départ : Nicolas D’Estais et Olivier Delrieux en Class40 et nous pouvons surement compter sur Franck Cammas en Ultim, …

Le parcours

Un départ du Havre et une arrivée dans la Baie de Fort-de-France, et 3 marques de parcours différentes, pour arriver ensemble :

  • L’archipel du Cap Vert pour les Class40,
  • L’Archipel Fernando de Noronha pour Multi50 et Imoca,
  • et Trindade et Martin Vaz, avec 7 500 miles de course pour Ultim.

Le décryptage du parcours par Charlie Dalin

Suivez la Transat Jacques Vabre sur les médias sociaux :

Clarisse est arrivée.

Elle devient la femme la plus rapide en solitaire autour du monde

Ce mercredi 3 février, à 16 heures, 44 minutes, 25 secondes (heure française), Clarisse Crémer a franchi la ligne d’arrivée des Sables d’Olonne après 87 jours, 02 heures, 24 minutes et 25 secondes à l’issue de ce Vendée Globe. Première femme de cette édition, elle termine donc à 6 jours, 22 heures, 39 minutes du vainqueur, Yannick Bestaven. La navigatrice de Banque Populaire X, qui a découvert la course au large il y a cinq ans et l’IMOCA il y a 2 ans, a réussi son pari, celui d’aller au bout de son premier tour du monde.

L’AMBIANCE

87 jours seule autour du monde. Le sourire et l’émotion de Clarisse, ce mercredi après-midi en remontant le chenal, sont à la hauteur du défi qu’elle vient de réaliser. À 31 ans, elle s’offre la 12e place de cette édition et devient la femme la plus rapide du Vendée Globe, dépassant le record d’Ellen MacArthur (94 jours et 4 heures en 2000-2001) et faisant mieux que Samantha Davies (95 jours et 4 heures en 2012-2013). La navigatrice de Banque Populaire X, avec sa bonne humeur communicative et sa capacité à ne rien lâcher, s’inscrit ainsi avec panache dans l’histoire de la plus prestigieuse des courses au large.

L’impression « d’avoir gagné mes galons de navigatrice »

Mais les mots ne disent pas tout. Car Clarisse s’accroche, se bat, puisant en elle la force de caractère dont elle a fait preuve en Mini et en Figaro. « Je n’ai jamais eu envie d’abandonner », confiait-elle récemment. J’ai appris à éteindre mon cerveau, à continuer à avancer, à m’alimenter, à dormir, à me ménager ». Son caractère de battante a trouvé un sacré terrain de jeu. Les mers du Sud, les dépressions qui s’enchaînent, la zone d’exclusion des glaces à longer et, pour finir avec le Pacifique qui n’en a que le nom, des creux de plus de 7 mètres et des rafales dépassant les 40 nœuds.
À l’issue d’une énième bataille face aux colères de Neptune et d’Eole, Banque Populaire X a franchi le cap Horn. Ce rocher sombre qui découpe la mer offre « un moment d’émerveillement », l’impression « d’avoir gagné mes galons de navigatrice » et le soulagement « d’y être parvenue sans être découragée ». Le bateau n’est plus à apprivoiser et Clarisse en parle « comme de son meilleur ami ». Avec lui, elle parvient à distancer durablement Alan Roura (La Fabrique), à réaliser un long bout de chemin avec Romain Attanasio (PURE-Best Western Hotels & Resort) et à résister jusqu’à la semaine dernière au retour du foiler d’Armel Tripon (L’Occitane en Provence).
La remontée de l’Atlantique oblige encore à surmonter quelques tracas : deux montées au mât pour une réparation de J2, un pot-au-noir un peu récalcitrant et les dépressions qui s’amoncellent à proximité des côtes de l’Europe. L’arrivée a valeur de libération et souligne aussi une ambition nouvelle, une volonté tenace de ne pas s’arrêter là. « Si je pouvais repartir tout de suite pour un tour du monde, je le ferais », a-t-elle confié il y a quelques jours, comme une envie irrépressible de se jeter à nouveau dans ce tourbillon d’émotions.