Dhream Cup – Destination Cotentin

Créée en 2016 par Jacques Civilise, la DRHEAMCUP, qui fêtera en 2020 sa troisième édition sur un parcours inversé entre Cherbourg-en-Cotentin et La Trinité-sur-Mer, se veut à la fois un moment de compétition, de partage et de fête. Compétition, avec l’objectif affi ché et assumé par son organisateur de devenir une épreuve de référence dans la catégorie des grandes courses au large, comme la Rolex Fastnet Race, courue les années impaires, là où la DRHEAM-CUP a lieu les années paires.
Partage, avec le principe d’une épreuve OPEN, c’est-à-dire ouverte à tous les bateaux, à tous les formats, double et équipage, et à tous les publics, amateurs et professionnels, hommes et femmes, avec un accent particulier mis sur les jeunes via l’opération RÊVES de LARGE.
Fête enfi n, véritable ADN de cette épreuve estivale que ses terres d’accueil, Cherbourg-en-Cotentin, le Cotentin, la Manche et la Région Normandie d’un côté, La Trinité-sur-Mer et le Morbihan de l’autre, se font une joie de recevoir dans un esprit de convivialité à même de rassembler le plus grand nombre.
Avec cette troisième édition, la DRHEAM-CUP CHERBOURG-LA TRINITÉ confi rme la vision prémonitoire de Nicolas Hénard, le Président de
la FFVoile qui prédisait dès juillet 2017 « Je suis convaincu que LA DRHEAM-CUP s’inscrira durablement dans le paysage de la course hauturière, comme un évènement « Open », participant à la promotion de cette discipline vers nos pratiquants ».
En 2020, la DRHEAM-CUP CHERBOURG-LA TRINITÉ confi rmera cet ancrage, puisqu’elle célébrera le premier OPEN DE FRANCE DE COURSE AU LARGE, dont le trophée sera remis aux équipages du premier multicoque et du premier monocoque arrivés à La Trinité-sur-Mer. Rendez-vous pour cette grande fête de la course au large du 18 au 27 juillet.


Organisé par notre collègue Jacques Civilise et porté par le YCF, l’édition 2020 de la Drheam Cup-Destination Cotentin a été un succès.

Avec un programme amménagé du fait de la crise sanitaire, une centaine d’équipages a rejoint La Trinité depuis Cherbourg, dans des conditions optimales. Au moins une douzaine de membres du club y participaient.

Revivez le départ (retransmis en directe sur France 3)

ou retrouver directement : La vedette de la SNSM arborant le guidon du Président et Jacques Pelletier et son équipage.

Classement des membres du Yacht Club de France

Ultime

  • 1er – Franck Cammas – Edmond de Rothschild 

IRC en équipage

  • 1er – Lann’Ael – Yan-Eric Pin
  • 2e – Fastwave 6 – Gaetan Zulian
  • 5e IRC – L’Ange de Millon – Jacques Pelletier, Bill-Hugues Leclerc, Pierre Ferrand, Sébastien David
  • 12e IRC – Baradoz – Xavier Bellouard, Emeric Leveaux-Vallier

IRC – Double

  • 4e – Foggy Dew –  Noel Racine
  • 21e – Karavel – Denis Lazat

Multi 2000

  • 4e – No Limit – Yann Marrilley

Classique

  • 1e – Faiaoahe – Remy Gerin

Class 40

  • 9e – Vicitan – Olivier Delrieu

Tous les classements : ici

A bord de Baradoz

Baradoz sortait d’un gros chantier d’optimisation qui a été réalisé pendant le confinement, et la Dream Cup nous a permis de valider ces optimisations, et nous sommes plutôt satisfaits de celles-ci :

  • Installation de Bastaques
  • Installation de 2 nouveaux Winch sur l’arrière du cokpit
  • Etanchéité du bateau (nous chargions bcp d’eau sur les dernières courses, et nous avons entièrement revu l’étanchéité)
  • Nouveau Solent
  • Nouveau gennaker cableless
  • Nouveau lazy jack
  • Nouveau système de drosse d’enrouleur qui reviennent au piano pour l’ensemble des voiles avant
  • Changement GPS
  • Installation de feu de pont

Globalement Baradoz est un bateau qui au prés dans la molle est vraiment collé et n’est pas compétitif vis à vis de la flotte. Mais dès que le vent rentre avec plus de 18nds de vents, nous arrivions à être entre 0,5 et 2 nds plus vite que l’ensemble de la flotte, et nous sommes vraiment satisfait de cela.

Nous avons passé la bouée d’Omonville en dernière position après ce départ au près dans la molle, puis nous avons fait une belle remonté jusqu’à la bouée W Shamble puis nous sommes ensuite aller cherché au large, du vent ou le bateau avançait entre 15 et 17 nds jusqu’au Cap Lizard ou nous nous sommes retrouvé bloqué pendant 3 heures a essayé d’attraper le vent de nord à l’intérieur de la baie. Nous avons ensuite très bien fonctionné entre 12 et 14 nds jusqu’à Sein. Sous la chaussé de sein nous avons envoyé le Gennaker qui nous a propulsé à 15 nds à 110 du vent. Nous allions alors 4 nds plus vite que l’ensemble des bateaux autour et devant nous. A Penmarch nous avons été bloqués pendant 5 heures dans une molle, puis avons enfin réussi à repartir direction La Trinité-sur-mer ou nous avancions 2 nds plus vite que les bateaux devant nous mais malheureusement la distance trop importante ne nous a pas permis de les rattraper.

C’était une bonne remise en jambe qui a fait du bien à l’équipage mais aussi au bateau pour valider toutes les modifications.

Emeric Leveau-Vallier

A bord de L’Ange de Milon