Exposition Marie Détrée (POM) en novembre

COMMISSION PATRIMOINE Vernissage le 6 novembre.

Marie Détrée est née en 1973 dans une famille de marins. Diplômée de l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris elle est nommée en 2010 « peintre officiel de la Marine » (POM) : seules six femmes sont titulaires de ce titre prestigieux, exception culturelle française, qui existe officiellement depuis 1830.

Ses embarquements au titre de POM s’enchaînent et sont toujours une source d’inspiration nourrissant ainsi sa culture maritime et sa passion artistique. Parmi les bateaux les plus célèbres on peut citer le porte-avion Charles de Gaulle, les BPC Mistral et Dixmude, les frégates Forbin, Aquitaine, La Fayette, Jean Bart et Vendémiaire, sans oublier le Dupleix et le Latouche Tréville. L’odyssée de Marie Détrée se poursuit à bord du BATRAL La Grandière, du patrouilleur austral l’Albatros, du pétrolier ravitailleur Meuse et du bâtiment de commandement et de ravitaillement Marne. Sa découverte des océans se poursuit sous la surface, à bord des sous-marins le Triomphant, le Terrible et la Perle.

Marie Détrée maîtrise la peinture à l’huile mais la gouache reste sa technique de prédilection pour les œuvres réalisées sur le motif : la belle matité des couleurs, la rapidité de séchage ainsi que la légèreté du support papier, font de cette technique un compagnon de voyage indispensable. D’autres peintres de la Marine avant elle, ont su en exploiter les belles qualités, pour ne citer que Marin Marie ou encore Albert Brenet.

A l’issue de ces voyages, forte de son expérience, Marie s’investit dans l’écriture d’un livre aux éditions du Chasse-Marée / Glénat, « La grande ménagerie du bord » abondamment illustré par ses gouaches.

Marie Détrée est décorée en juillet 2013 de la médaille « Défense nationale » avec agrafes TAAF et bâtiments de combat et de la médaille « Atalanta » (lutte anti-piraterie) de l’Union européenne, signes distinctifs de son engagement au sein de la Marine.

Son travail a été mis à l’honneur lors de plusieurs expositions collectives : au musée de la Marine à Paris à plusieurs reprises, au musée de la mer à Paimpol en 2012 et à l’été 2013 à Rouen dans le cadre de l’événement « Normandie Impressionniste » ainsi qu’à Douarnenez pour une rétrospective de son œuvre. En 2014 le Musée maritime de Tatihou lui ouvre ses portes lors de son exposition « Avis de grand frais » ainsi que la fondation Taylor en 2015.
La ville de Saint-Malo lui consacre en 2016 une belle rétrospective avec plus de 250 toiles exposées dans la prestigieuse Chapelle Saint-Sauveur à Saint-Malo.

Pour faire connaître le monde des sous-marins Marie Détrée a été sélectionnée au 20ème salon du Carnet de Voyage à Clermont-Ferrand pour y présenter en novembre prochain « 119 heures et douze minutes », chronique de son embarquement à bord du SNLE le Terrible. Marie Détrée expose en permanence à « Bleu, la galerie » à St-Jean de Luz, à « Bernard Chauchet Contemporary Art » à Londres, à « Dock Sud » à Sète et à la « Galerie Winston » à Dinard. Vous pouvez retrouver son travail sur son site : www.mariedetree.com

Exposition à Dinard « Toutes Voiles dehors »

COMMISSION PATRIMOINE
Photos du retour début octobre de nos 3 objets prêtés : Vélox, Éros et notre maquette de Firecrest sous le contrôle attentif de Nathalie.

Beau succès, avec 11 000 visiteurs en 3 mois et demi, parmi lesquels Jean-Yves Chaufour qui après Nicole Rondeau de notre Commission nous a adressé des photos superbes notamment des panneaux sur les grandes courses ( copyright ville de Dinard ). Merci à eux.

Exposition – Philippe DECRESSAC

A partir du 2 octobre

Une exposition de photos et livres à avoir absolument dans sa bibliothèque.

Photographe passionné, doté d’un goût prononcé pour la belle optique, Philippe Decressac s’est progressivement concentré sur la photo de nature et de la mer en parcourant les grands espaces terrestres, marins et sous-marins. Malgré une vie professionnelle soutenue en tant que cadre dirigeant au sein de grands groupes, il a toujours su entretenir sa passion avec une grande détermination. Ses activités de conseil lui donnent depuis quelques années la disponibilité nécessaire pour réaliser son rêve : partager avec le plus grand nombre son attachement à la belle image de la nature.

 

Dinard – Exposition « Toutes Voiles dehors »

A l’occasion de l’exposition « Toutes Voiles dehors » par la ville de Dinard, le Yacht Club de France est heureux de prêter plusieurs pièces de sa collections : Les peintures de VELOX, d’ÉROS et la maquette FIRECREST sont parties le 15 mai, elle rentrerons retour début octobre.

La demande a été gérée avec le commissaire François Chevalier, co-auteur du livre de nos 150 ans.

Merci à nos nombreux collègues, futurs visiteurs, de nous faire un reportage sur nos objets et les autres aussi remarquables dans cette exposition (photos, catalogues…).

La commission du patrimoine

 

 

Les collections du Maharajah du Djeezupuhr

Pierre-Paul Heckly notre regretté Président du Yacht Club de France ( 1996-2008) disparu en octobre dernier était : « un architecte talentueux..un clubman tentaculaire…un gourmet glouton… un bois sans soif …un fin régatier…un décoré au plastron lourdement lesté de médailles …un Rabelaisien à l’humour débordant.. un cœur énorme » Mais aussi « un collectionneur de collections »
écrivait et disait son grand ami Marc P.G.Berthier le 11 octobre 2018 –
notre BO 362- En accord avec son fils Louis il avait décidé de disperser ses collections.
Les membres du Yacht Club de France sont invités au cocktail qui se déroulera le vendredi 3 mai. Répondre à cocktail@osenat.com

Exposition – Frédéric LABORIA – Avril 2019

 

Autodidacte, Frédéric Laboria a cédé à l’appel de la mer, puis, après des années d’aquarelle, à celui de l’huile. Il peint et expose aujourd’hui des marines expressives et lumineuses, tout en continuant à s’ouvrir à d’autres univers, par l’intermédiaires de stages, de rencontres et d’expérimentations.
Exposition au YCF à partir du 3 avril.

Exposition Laurence MORACCHINI – Mars 2019

« Connaître la technique pour mieux s’en affranchir », c’est aujourd’hui ma maxime. Après une formation artistique à la Faculté d’Arts Plastiques de la Sorbonne et à l’école d’Art Suzanne Coutant rue de Seine à Paris ma peinture a été pendant plusieurs années résolument figurative. Puis j’ai eu besoin de « lâcher-prise », et mon travail, depuis maintenant plus de 10 ans que je qualifierai de « figuration-abstraite », me permet cette liberté de création.

Je travaille dans l’énergie, me laissant guider par le geste. J’utilise l’acrylique chargée de poudre de marbre que j’applique au très large couteau. Les compositions naissent de la superposition des couches de couleurs et mes toiles sont souvent méconnaissables d’un jour à l’autre.

Bien sûr on devine dans mes peintures des paysages, souvent marins, mais j’aime brouiller les pistes et convier l’imaginaire de chacun. On se promène dans ce qui semble une dune de sable à moins que ce ne soit une vallée enneigée et ces larges lignes noires sont peut-être les reflets d’une mer d’encre au loin ou bien une route sans fin… Je ne donne pas d’indice, mes peintures n’ont jamais de titre évocateur, ainsi chacun s’approprie la toile avec ses propres références.

Je vis et je travaille au Vésinet dans les Yvelines où j’ai ma galerie-atelier depuis plus d’un an en plein centre-ville.
J’expose par ailleurs dans des galeries à l’international, je suis notamment en ce moment dans la galerie Carré d’Artistes de Hong Kong.

Galerie-Atelier : 11 rue Thiers – 78110 Le Vésinet Tél : 06 08 37 90 54
Site : www.laurence-moracchini.odexpo.com

Exposition IFFIC – Décembre 2018

Aussi loin que remontent mes souvenirs, je me vois toujours un crayon à la main et j’ai fini par décider de vivre de cette envahissante passion.

Après une dizaine d’années passées à Paris-formation à l’Union Centrale des Arts Décoratifs, puis activité d’Illustrateur free-lance- je suis revenu en 1993 en Presqu’île de Crozon (Finistère) où j’ai commencé à me consacrer à mes sujets de prédilection : la mer et les ambiances maritimes.

Les chantiers navals et les cimetières marins furent mes premières et durables sources d’inspiration, témoin de la mutation du monde de la pêche, j’ai tenté de faire revivre par le crayon et la mine de plomb les carcasses de bateaux abandonnés ou en devenir.

Depuis 2002 ce travail est complété par des œuvres aux pastels secs, toujours inspirées par l’univers maritime, mais où cette fois, l’élément humain vient au premier plan, sur des supports de fortune : bois flottés, douelles de barriques…

C’est en 2005 que j’ai appris les bases de la gravure à l’eau-forte, que j’ai vite délaissée au profit de la pointe sèche : gravure directe d’une pointe d’acier sur une plaque de plexiglas, encrage au chiffon ou au rouleau, essuyage à la tarlatane ou du bout des doigts : je fais surgir du fond de l’encre des paysages, des scènes et des personnages dont la mer n’est jamais loin…

Installé depuis 1997 à Camaret (Finistère), je travaille et expose dans mon atelier-galerie « Pas loin du Quai ».