RORC Transatlantic Race Départ dans cinq jours à Lanzarote

Les coureurs de la 8ème édition de la RORC Transatlantic Race prendront le départ le samedi 8 janvier prochain depuis Lanzarote (Canaries) pour rallier Grenade (Caraïbes). Avec une distance de 3000 milles nautiques (5500 km), il s’agit de la plus longue course au large du circuit RORC.

Un nombre record de 30 bateaux inscrits réunit 257 skippers et équipiers de 27 nationalités différentes.

7 multicoques prendront le départ et 23 IRC dont 2 en catégorie classique.

De même, sept bateaux courront sous pavillon français. Deux en multicoque (GDD, Ultime Emotion 2) et cinq en IRC (Challenge Ocean skippé, Lady First 3, Tonnerre De Glen, L’Ange De Milon, Faïaoahé)

Cette présence en nombre de bateaux français a notamment été rendue possible grâce à l’engagement du Yacht Club de France. Pour la première fois, en effet, le YCF a noué un partenariat avec le RORC et l’International Maxi Association pour promouvoir la Transatlantic Race auprès de ses membres et clubs alliés. Ce faisant le YCF – créé en 1867 pour promouvoir la Plaisance en France – entend accompagner l’engouement croissant du grand public français pour la course au large.

En particulier, trois bateaux sont engagés sous les couleurs du Yacht Club de France : Lady First 3 à Jean-Pierre Dréau, Faiaohae à Rémy Gérin dans la catégorie Classiques et l’Ange de Milon, sur lequel Jacques Pelletier, Vice-Président du YCF embarque une partie de son équipage victorieux de la Rolex  Fastnet Race 2019, tous membres du Club.

La course pourra être suivie en direct sur ce lien. Une épreuve dédiée est également organisée sur le site de e-regate Virtual Regatta en Class40.

Le Yacht Club de France remettra une coupe au premier bateau « non britannique » à franchir la ligne d’arrivée ainsi qu’au vainqueur sur Virtual Regatta.

Listes des bateaux engagés et leurs skippeurs :

Bateau Type Skippeur
Argo MOD70 Jason Carroll
Black Pearl IRC 56 Tortuga Marine Ltd / Stefan Jentzsch
Caro Botin 52 Custom Maximilian Klink
Challenge Ocean Volvo 60 Challenge Ocean / Valdo Dhoyer
Club 5 Oceans ORC50 Quentin le Nabour
Comanche VPLP/Verdier 100 Super Maxi Mitch Booth
Equinoccio Swan 57 Martin Westcott
Diana Hinkley Sou’Wester 52 Carlo Vroon
Eugenia V Prototype Baptiste Garnier
Faiaoahe Prototype Remy Gerin
GDD ORC50 Halvard Malbire / Miranda Merron
HYPR Volvo Open 70 Hypr / Jens Lindner
I Love Poland Volvo Open 70 Polish National Foundation
Jangada JPK 1010 Richard Palmer
Juno J/122E Christopher Daniel
L4 Trifork Volvo Open 70 Team Trifork / Jens Dolmer
L’Ange De Milon Milon 41 Jacques Pelletier
Lady First 3 Mylius 60 Jean-Pierre Dreau
Maserati Multi 70 Giovanni Soldini
OMII Swan 58 Shahid Hamid
Pata Negra Lombard 46 Andrew Hall
Phosphorus II A13 Mark Emerson
PowerPlay MOD70 PowerPlay Ltd / Peter Cunningham
Rosalba Open 60 Richard Tolkien
Sailing Poland VO65 TBC
Scarlet Oyster Oyster 48 Ross Applebey
Sisi VO65 Austrian Ocean Race Project / Gerwin Jansen
Tala Botin IRC 52 David Collins
Tonnerre de Glen Ker 46 Dominique Tian
Tosca Gunboat 68 TBC
Tulikettu Infiniti 52 Arto Linnervuo
Ultim’Emotion 2 Maxi Trimaran Antoine Rabaste

 

Un Nautic qui a rempli sa mission

Quel bilan dresser du Nautic 2021 ? On peut voir le verre à moitié plein ou à moitié vide, selon que l’on regrette ou non une fréquentation moindre  (170 000 visiteurs / 200 000 en 2019), la relative discrétion des grands constructeurs de bateaux (à voile ou à moteur) ou encore le faible nombre de ces stands qui faisaient le « petit plus » du Nautic où l’on pouvait acheter des équipements bien pratiques pour le bord, de la vaisselle au couteau en passant par le GPS dernier cri ou le sondeur connecté. Mais nous avons choisi de mettre en avant le verre à moitié plein. D’abord parce que le stand de notre Yacht Club de France était idéalement placé. Une fois encore – osons le dire ! – c’était le plus beau, grâce au talent des monteurs. 90m2 partagés avec l’UNCL qui ont permis de porter haut les couleurs de notre club et surtout de multiplier les animations festives et autres rencontres presse.

Ce faisant, nous avons parfaitement rempli notre mission de créer un espace d’accueil et d’échange entre marins. Et si la fête a été un peu gâchée par l’annulation de dernière minute pour raison sanitaire de notre traditionnel cocktail de nocturne, les rhums Clement ont chaleureusement égayé le bar pendant ces dix jours, permettant aux visiteurs de requitter notre stand les yeux brillants.

Mais surtout, en échangeant avec les professionnels à la fin du Nautic on pouvait ressentir leur satisfaction du cru 2021. Tous ceux qui comptent dans le monde de la mer ont répondu présent, les échanges ont été fructueux et gages de projets d’avenir. C’est après tout la vocation première d’un salon ! Sans oublier qu’au fond, dans un climat particulièrement porteur pour l’industrie nautique, mieux valait pour certains fabricants naviguer avec une voilure légère : même les bateaux exposés au salon étaient déjà pré vendus. Difficile d’attirer le chaland quand les carnets de commande sont remplis et qu’on ne peut rien livrer avant mi-2023 pour beaucoup …

En résumé, la foule des grands jours n’était peut-être pas au rendez-vous mais le moral au beau fixe pour le nautisme. N’est-ce pas, au fond, la meilleure jauge de la réussite d’un salon ?

Célébration des 50 ans de Voiles & Voiliers et de l’UNCL, lancement de Persévérance, le navire ravitailleur du Polar Pod avec Jean-Louis Etienne, lancement du Class30, Cocktail Sevenstar, Remise des prix de régates classiques, accueil des coureurs de la classs mini6,5 après la remise des prix de la Mini-Transat, reunion de la commission moteur, réunion de la classe des 6mJI français, …

Gouache d’Antonio de Simone représentant le « Gilda »

Achat auprès de l’arrière petit fils du commandant Joseph BRET (inscrit maritime à Vannes , Quartier Maître de 1 ère classe , maître au cabotage, retraité de la Marine Nationale) d’une gouache d’ANTONIO DE SIMONE ( 1851-1907) yacht représentant le « GILDA ».
Le livret du commandant offert aussi indique trois embarquements à bord du GILDA en 1902, 1904 et 1906 dans le port de CETTE(Sète) son port d’attache.
Note et recherches par Gérard HIRGOROM et Jean-Louis BENOIST :
Cette œuvre est intéressante à plusieurs titres. Elle évoque le début du vingtième siècle et plus particulièrement janvier 1902 qui voit l’UNION DES YACHTS FRANÇAIS retrouver le nom YACHT CLUB DE FRANCE ainsi que son autonomie et ses missions. Cet évènement est symbolisé par le nouveau guidon (2 étoiles) qui flotte en tête du grand mat de cette goélette mixte et nos permet de dater la gouache au vue de ces éléments entre 1902 et 1906.
Nom initial « NORTHERN LIGHT » built by J and White COWES 1879
Wood on steel frame Auxiliary steam engine
Length 76’05“ Breadth 15’05“ Tonnage 34,65 Tons
Lloyds Register of Yachts 1905 and 1912
Premier propriétaire français : (LRY 19O5) Monsieur Georges MARES port d’attache CETTE (Sète) membre du UYF depuis le 25 Juillet 1899, puis du YCF jusqu’en 1922
Deuxième propriétaire français (LRY1912) : Docteur CHATIN membre du YCF depuis le 9 Novembre 1909, parrains Messieurs Voizot de Lerma et Clerc-Rampal.
Le GILDA n’était pas mentionné sur la liste des yachts réquisitionnés de 1916 et n’apparait plus sur les registres du Lloyds Register of Yachts en 1921….

Le YCF poursuit son partenariat avec le Vendée Globe

Le 8 décembre dernier, Alain LEBOEUF, Président du Vendée Globe, présentait le Club VG2024 depuis les salons Yacht Club de France .
Véritable catalyseur, le club propose à ses membres de partager une aventure hors du commun au travers d’un programme renouvelé chaque année et jalonné par des temps forts réguliers pensés autour de sujets sociétaux, économiques, et d’actualité de la course au large.
A cette occasion, Alain Leboeuf et Philippe Héral ont reconduit le partenariat entre les 2 institutions. Le Yacht Club de France devenant ainsi fournisseur officiel de la 10eme édition du Vendée Globe.

Echange de guidon avec le Royal Cork Yacht Club

2 ans après la signature de l’accord de réciprocité, l’Admiral Colin Morehead (RCYC) et le président Héral ont enfin pu échanger les guidons des 2 clubs.

Nos amis de l’Atlantique Yacht Club, contributeur de ce rapprochement avec la création de Go To Cork, étaient à nos côtés. Pascal Stefani, Yves Lambert et Yves Gaignet ont a cette occasion présenté la nouvelle version du rallye Go To Cork 2022, initialement prévu pour le tricentenaire du plus vieux yacht club au monde, dont les célébrations se dérouleront finalement cet été.

Carton plein pour la XIe soirée des équipages & Neptune de la voile Classique

Affluence record en ce samedi 4 décembre 2021 – à l’occasion de l’ouverture du Nautic – au Yacht Club de France, pris d’assaut par les invités passionnés de yachting classique – tous en blazer et cravate club pour les Messieurs, of course ! – , qu’ils soient armateurs, capitaines, équipiers, dirigeants de club et de ports, architectes navals ou artistes maritimes …
Philipe HERAL, président du Yacht Club de France; entouré de Frédéric BERTHOZ, président de l’Association Française de Yachts de Tradition (AFYT); Antoine SIMON, président du Yacht Club Classique (YCC), Pascal STEFANI, président de l’Atlantic Yacht Club (AYC) et  d‘Eric QUEMARD, président du Yacht Club de l’Île-de-France (YCIF), remirent les très convoités « NEPTUNE DE LA VOILE CLASSIQUE » ( de magnifiques « poignards marins » NEPTUNIA forgés par le Maître Coutelier de Marine Thierry Henriot ) à:
  • Carl OLLIVIER (AFYT), armateur de « Ratafia« , nommé « Neptune de l’Armateur de Tradition de l’Année pour la Méditerranée », qui participa à toutes les régates du circuit AFYT, et fut nommé « Amiral Satan » à l’issue du trophée Bailli de Suffren 2021;
  • Pierre-Loïc CHANTEREAU R de B (YCC), fondateur du « Défi des Midships« , la seule régate classique au monde pour étudiants, récipiendaire du « Neptune de la Relève »
  • Yves GAIGNET (AYC), maître maquettiste de marine : « Neptune de la Culture de la Plaisance »
  • « PORT EPIC », monotype de Chatou N°3, classé monument historique (YCIF) : « Neptune du 1er voilier historique de série »

 

Cette remise des prix se conclua par un succulent dîner au Champagne conçu par Thiery LELUC, le maître-coq du YCF, au cours duquel l’on put remarquer entre autres parmi les convives, l’amiral Yves LAGANE, président du CIM; Manrico IACHIA, commodore du Gstaad Yacht Club, Colin MOREHEAD, admiral du Royal Cork Yacht Club (le plus vieux yacht club au monde), Lionel Péan, président du MRC/Trophée Bailli de Suffren, Bruno TROUBLE, administrateur de l’AFYT, Valle de La RIVA qui restaura « Hispania« , Renaud GODARD, la mémoire vivante de la NIOULARGUE, et tant d’autres …​

Le YCF participe au 1er Forum des présidents organisé par l’IMA

Le 2 décembre dernier, l’IMA (International Maxi Association) réunissait pour la première fois son « President’s Forum » à Monaco.

Philippe Héral, président du Yacht Club de France participait, représentant aussi le réseau des clubs alliés.

L’IMA travaille en étroite collaboration avec de nombreux clubs nautiques et organisateurs de courses à travers le monde. En Méditerranée, la relation entre ces clubs et l’IMA est particulièrement étroite avec un important calendrier d’événements de course au large L’IMA emploie des spécialistes qui peuvent fournir à ces clubs nautiques des conseils et une expertise relative aux maxis dans tous les aspects de la course : des évaluations à la mesure, en passant par la logistique pour les équipes participantes, les divisions de classe, les formats de parcours, les médias et bien plus encore.

Soutenu par Rolex, l’IMA est officiellement chargée par l’instance dirigeante du sport, World Sailing, de superviser et développer les courses de maxi yachts à l’échelle internationale. Compte tenu de cela, le Forum des présidents de l’IMA a été initié par le président de l’IMA, Benoît de Froidmont, comme première étape vers l’élaboration de « meilleures pratiques » convenues entre les organisateurs de l’événement.

« Le premier Forum des Présidents de l’IMA a été un grand succès », a déclaré Benoît de Froidmont. « L’une des principales responsabilités de l’IMA est d’améliorer la qualité des courses internationales, non seulement pour nos membres, mais pour tous les propriétaires de maxi. Un élément clé de cela provient de la normalisation des procédures à la fois sur l’eau et hors de l’eau, dans le but d’améliorer l’expérience complète des équipes maxi lorsqu’elles participent à des événements. J’espère que cela encouragera également plus de propriétaires de maxi sur l’eau à venir courir avec nous. »

En plus de l’exécutif de l’IMA (George Andreadis,Hap Fauth, Sir Peter Harrison, Roberto Lacorte, Claus-Peter Offen et Sir Peter Ogden), dirigé par Benoît de Froidmont et le secrétaire général Andrew McIrvine, le premier Forum des présidents a réuni 14 présidents et commodores de clubs nautiques ou leurs représentants (Yacht Club Costa Smeralda – Edoardo Recchi, Yacht Club Italiano – Gerolamo Bianchi, Yacht Club Capri – Achille d’Avanzo, Royal Malta Yacht Club- Georges Bonello Dupuis, Royal Ocean Racing Club (RORC) – James Neville, Hellenic Offshore Racing Club – Ioannis Maragkoudakis, Yacht Club de France RORC Transatlantic Race Philippe Héral, Yacht Club of Greece – George Prokopiou, Yacht Club Monaco – Bernard d Alessandri, Societe Nautique Saint Tropez – Pierre Roinson, Marenostrum Racing Club – Lionel Pean et l’ UNCL – Philippe Serenon).
.

Crédit photo : Martin Messmer /YCM

8 jeunes autour du monde ! Tentez votre chance …

Vous avez moins de 22 ans et rêver de course autour du monde ?

Le Yacht Club de France, vous offre l’opportunité de rejoindre l’équipage de FUTURO, un SWAN 651 engagé dans l’Ocean Globe Race 2023 pour un tour du monde en équipage avec escale.

Retrouvez tous le détails et le formulaire d’inscription sur la page YCF > Futuro

Rendez-vous au Salon Nautic, Hall 1 espace E50.

Rencontre avec l’équipage le vendredi 10 décembre à partir de 16h.

Je tente ma chance autour du monde en CLIQUANT ICI

Vicitan 27e Class40 de la Transat Jacques Vabre

Ce mardi 30 novembre, à 21 heures 42 minutes et 27 secondes en Martinique (mercredi 1 décembre, 2 heures 42 minutes 27 secondes, heure métropolitaine), Vicitan a franchi la ligne d’arrivée de la 15e édition de la Transat Jacques Vabre en 27e position de la catégorie Class40. Le duo Didier Le Vourch – Olivier Delrieu aura mis 23 jours 13 heures 15 minutes et 27 secondes pour parcourir les 4 600 milles théoriques depuis Le Havre à la vitesse moyenne de 8,10 nœuds, mais il a réellement parcouru 5 360,48 milles à 9,48 nœuds.

Nicolas d’Estais termine 13e de la Transat Jacques Vabre en Class 40

Ce lundi 29 novembre, à 15 heures 50 minutes et 30 secondes en Martinique (20 heures 50 minutes et 30 secondes, heure métropolitaine), Emile Henry – Happyvore a franchi la ligne d’arrivée de la 15ème édition de la Transat Jacques Vabre en 13ème position de la catégorie Class40. Le duo Nicolas D’Estais – Erwan Le Draoulec​ aura mis 22 jours 7 heures 23 minutes et 30 secondes pour parcourir les 4 580 milles théoriques depuis Le Havre à la vitesse moyenne de 8.55 nœuds, mais il a réellement parcouru 5 362.35 milles à 10.02 nœuds.